Les passions du Skipp

Mes passions: Histoire et civilisations, Tritons et amphibiens, Cétoines, parapsychologie et zététique, etc...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 1915, Le génocide arménien commis par les Turcs...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skipp
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: 1915, Le génocide arménien commis par les Turcs...   Lun 31 Juil 2006 - 8:57

Bonjour,

Nous sommes en 2006, et la Turquie ne veut toujours pas reconnaître le génocide de plus d'un million d'arménien qu'elle a commis sur son propre sol... Les turcs se targuent d'avoir su intégrer leurs minorités et de respecter les autres religions mais il n'y a pas de mal puisque, à part les Kurdes, il n'y pratiquement plus de minorité en Turquie... la Turquie ayant procédée à divers "nettoyages" ethniques et religieux (par massacres ou expulsions) au début du XXème siècle. D'ailleurs, le gros soucis des pays du proche et moyen orient et des pays environnants est qu'ils confondent ethnies et religions...



Voici un article tiré du site www.herodote.net :
http://www.herodote.net/19150424.htm?
Citation :
Le massacre des Arméniens par les Turcs, pendant la Première Guerre mondiale, est le premier génocide (*) du XXe siècle. Il débute le 24 avril 1915 à Istamboul, capitale de l'empire ottoman, avec l'assassinat de 600 notables arméniens sur ordre du gouvernement.

Un empire composite

Aux premiers siècles de son existence, l'empire ottoman comptait une majorité de chrétiens (Slaves, Grecs, Arméniens, Caucasiens, Assyriens,...). Ils jouaient un grand rôle dans le commerce et l'administration, et leur influence s'étendait au Sérail, le palais du sultan. Ces «protégés» (dhimmis en arabe coranique) n'en étaient pas moins soumis à de lourds impôts et avaient l'interdiction de porter les armes.

Les premiers sultans, souvent nés d'une mère chrétienne - esclave du harem de leur père -, témoignaient d'une relative bienveillance à l'égard des Grecs orthodoxes et des Arméniens monophysites. Ces derniers étaient surtout établis dans l'ancien royaume d'Arménie, au pied du Caucase, premier royaume de l'Histoire à s'être rallié au christianisme ! Ils étaient majoritaires aussi en Cilicie, une province du sud de l'Asie mineure que l'on appelait parfois «Petite Arménie». L'empire ottoman comptait environ 2 millions d'Arméniens à la fin du XIXe siècle sur une population totale de 36 millions d'habitants.


Ébauche de génocide

Dans les années qui précèdent la Grande Guerre, la décadence de l'empire ottoman s'accélère après une tentative de modernisation par le haut dans la période du Tanzimat, entre 1839 et 1876. Le sultan Abdul-Hamid II n'hésite pas à attiser sans vergogne les haines religieuses pour consolider son pouvoir (les derniers tsars de Russie font de même dans leur empire).

Entre 1894 et 1896, comme les Arméniens réclament des réformes et une modernisation des institutions, le sultan en fait massacrer 200.000 à 250.000 avec le concours diligent des montagnards kurdes. Un million d'Arméniens sont dépouillés de leurs biens et quelques milliers convertis de force. Des centaines d'églises brûlées ou transformées en mosquées... Rien qu'en juin 1896, dans la région de Van, au coeur de l'Arménie historique, pas moins de 350 villages sont rayés de la carte.

Ces massacres planifiés ont déjà un avant-goût de génocide. L'Américain George Hepworth enquêtant sur les lieux deux ans après les faits, écrit : «Pendant mes déplacements en Arménie, j'ai été de jour en jour plus profondément convaincu que l'avenir des Arméniens est excessivement sombre. Il se peut que la main des Turcs soit retenue dans la crainte de l'Europe mais je suis sûr que leur objectif est l'extermination et qu'ils poursuivront cet objectif jusqu'au bout si l'occasion s'en présente. Ils sont déjà tout près de l'avoir atteint» (*).

Les Occidentaux se contentent de plates protestations mais le crime ne profite guère au sultan. Celui-ci tente de jouer la carte de chef spirituel de tous les musulmans en sa qualité de calife. Il fait construire le chemin de fer du Hedjaz pour faciliter les pèlerinages à La Mecque. Il se rapproche aussi de l'Allemagne de Guillaume II. Mais il est déposé en 1909 par le mouvement nationaliste des «Jeunes-Turcs» qui lui reprochent de livrer l'empire aux appétits étrangers et de montrer trop de complaisance pour les Arabes.

Les «Jeunes-Turcs» veulent se démarquer des «Vieux-Turcs» qui, au début du XIXe siècle, s'opposèrent à la modernisation de l'empire.

Ils laissent espérer un sort meilleur aux minorités de l'empire, sur des bases laïques. Mais leur idéologie emprunte au nationalisme le plus étroit. Confrontés à un lent démembrement de l'empire multinational et à sa transformation en puissance asiatique (l'empire ne possède plus en Europe que la région d'Istamboul), ils se font les champions du «touranisme». Le touranisme prône l'union de tous les peuples de langue turque ou assimilée, de la mer Égée aux confins de la Chine (Anatolie, Azerbaïdjan, Kazakhstan, etc) (*).

Dès 1909, soucieux de créer une nation turque racialement homogène, les Jeunes-Turcs multiplient les exactions contre les Arméniens. On compte ainsi 20.000 à 30.000 morts à Adana le 1er avril 1909... Les Jeunes-Turcs lancent des campagnes de boycott des commerces tenus par des Grecs, des Juifs ou des Arméniens. Ils réécrivent l'Histoire en occultant la période ottomane, trop peu turque à leur goût, et en rattachant la race turque aux Mongols de Gengis Khan, aux Huns d'Attila, voire aux Hittites de la haute Antiquité. Ce nationalisme outrancier ne les empêche pas de perdre les deux guerres balkaniques de 1912 et 1913.

Le génocide

A la fin de l'été 1915, les deux tiers des Arméniens de Turquie, soit environ 1,2 million de personnes, auront péri dans des conditions généralement épouvantables.

Les nationalistes turcs se sont emparés du pouvoir quelques années plus tôt à Istamboul. Après l'entrée du pays dans la Grande Guerre, les Russes envahissent l'Asie mineure. Les Turcs battent en retraite et, exaspérés, multiplient les violences à l'égard des Arméniens de Turquie, coupables à leurs yeux d'être favorables aux envahisseurs chrétiens.

La ville de Van se soulève et proclame un gouvernement arménien autonome. Les nationalistes saisissent ce prétexte pour accomplir leur dessein d'éliminer la totalité des Arméniens. Le ministre de l'Intérieur Talaat Pacha ordonne l'assassinat des Arméniens d'Istamboul puis des Arméniens de l'armée. C'est ensuite le tour des nombreuses populations arméniennes de l'est du pays.

Voici le texte d'un télégramme du ministre : «Le gouvernement a décidé de détruire tous les Arméniens résidant en Turquie. Il faut mettre fin à leur existence, aussi criminelles que soient les mesures à prendre. Il ne faut tenir compte ni de l'âge, ni du sexe. Les scrupules de conscience n'ont pas leur place ici».

Les Arméniens sont tués sur le champ par l'armée ou réunis en longs convois et déportés vers le sud, sous le soleil de l'été, sans vivres et sans eau, avec la mort au bout du voyage...

En 1923, le général-dictateur Moustafa Kémal a parachevé la «purification ethnique» de la Turquie en expulsant les Grecs qui y vivaient depuis la haute Antiquité. Istamboul, ville aux deux tiers chrétienne en 1914, est devenue exclusivement turque et musulmane après cette date.

Depuis lors, les gouvernements turcs s'obstinent à ne pas vouloir reconnaître le génocide arménien. C'est le cas aussi de la presque totalité des citoyens de ce pays. Qu'ils appartiennent à la minorité laïque ou à la majorité islamiste, ils ne veulent rien renier du nationalisme et de l'idéologie raciale de Moustafa Kémal et des Jeunes Turcs.

Les plus accommodants attribuent la responsabilité du génocide à un régime disparu, le sultanat, ou aux aléas de la guerre. Ils relativisent le drame et le comparent par exemple aux méfaits de la guerre d'Algérie. La plupart considèrent – à tort - que leur nation s'affaiblirait en reconnaissant la réalité du génocide.

A savoir que les nazis alliés de la Turquie se souviendront du peu de réaction de l'Europe face à ce génocide... «Qui se souvient encore de l'extermination des Arméniens ?» aurait lancé Hitler en 1939, à la veille de massacrer les handicapés de son propre pays (l'extermination des Juifs viendra deux ans plus tard)...

L'État Turc est théoriquement laïque... mais n'est il pas étonnant de voir dans un état laïc la mention de la religion figurer sur les cartes d'identités ? Comment un État musulman incapable d'assumer son passé peut il s'intégrer au présent dans une Europe chrétienne ?

Suite à ses différents nettoyages ethniques et religieux l'on n'a en Turquie plus de 99% de musulmans et 24% de Kurdes alors que ce pays avait:
- de 15 à 20% d'Arméniens chrétiens avant 1915. Les Arméniens étaient plus de 2 millions au début du XXe siècle. 40 à 50 % ont été assassinés par les turcs dans les années 1915-1917, les autres ont fuit vers le Caucase, la Syrie, la France, voire les États-Unis.
- 1,2 millions de grecs ont été contraints de quitter l’Asie mineure en 1923 soit 10 % de la population vivant à l’époque sur l’actuel territoire de la Turquie. Officiellement, ils ne seraient plus aujourd’hui que 3 000…
- Les Assyro-Chaldéens : ne sont plus que quelques dizaines de milliers en Turquie (beaucoup plus en Irak). Ils ont été victimes du même génocide que les Arméniens et ont essaimé en une petite diaspora.

Encore de nos jours, il ne fait pas bon en Turquie se définir comme non-turque et non-musulman:
Akin Birdal, le président de l’IHD, a été condamné en 1998 à deux fois un an de prison pour avoir simplement utilisé dans deux discours de 1995 et 1996, les termes de « peuple kurde ».



Liens:
http://www.resistances.be/armenia00.html

_________________
@+
Skipp
Site: http://skipp.perso.sfr.fr
Forums: http://skipp.superforum.fr
Coucou Invité, passe une bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://skipp.perso.sfr.fr/
Skipp
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: 1915, Le génocide arménien commis par les Turcs...   Sam 30 Aoû 2008 - 14:13

Voilà un document PDF donnant la chronologie de ce génocide où près d'un 1/3 de la population de Turquie fut déportée et exterminée...
http://www.massviolence.org/IMG/pdf/Chronologie-de-l-extermination-des-Armeniens-de-l-Empire-ottoman-par-le-regime-jeune-turc-1915-1916.pdf

P50, des rescapés mis en esclavage ou travaillant dans des camps
Citation :
Les rescapés recensés à la fin de la guerre peuvent être classés en deux catégories principales : quelques milliers d’enfants et de jeunes filles enlevés par des tribus bédouines, récupérés après l’armistice d’otobre 1918 ; plus de cent mille déportés, surtout ciliciens, expédiés sur l’axe Alep-Homs-Hama-Damas-Maan-Sinaï, employés pour la plupart dans des entreprises travaillant pour l’armée, que l’armée britannique découvre, dans un état indescriptible, lors de sa lente conquête de la Palestine et de la Syrie, en 1917 et 1918.

P51, le gouvernement turc nie l'Histoire
Citation :
Depuis plusieurs décennies, les autorités turques, relayées par leurs ambassades, les membres de la Société Turque d’Histoire, certains enseignants des universités publiques, l’essentiel de la classe politique, nient ces chiffres et évaluent pour leur part à quelques centaines de milliers le nombre des victimes arméniennes, les chiffres oscillant d’une déclaration à l’autre entre trois cent mille et six cent mille. Les manuels scolaires de la République turque relatent également les faits selon le dogme officiel, tandis que la législation nationale pénalise lourdement l’utilisation du terme « génocide » pour qualifier
ces événements.

P51
Citation :
Dans un discours (inédit) prononcé à New Haven (Connecticut) en 1949, à l’occasion de l’adoption de la Convention pour la répression et la prévention du Génocide, Raphaël Lemkin, qui a eu connaissance du dossier arménien dès 1921, alors qu’il vivait encore en Pologne, note, pour illustrer la nécessité qu’il y avait à adopter la dite Convention : « Ce ne fut qu’après l’extermination de 1 200 000 Arméniens au cours de la Première Guerre mondiale que les Alliés victorieux promirent aux survivants de cet abominable massacre une loi et un tribunal adéquats. Mais il n’en fut rien » (Kévorkian, 2006 :947-948). L’homme qui a forgé le terme de génocide et lui a donné son contenu juridique a été le premier à qualifier implicitement de génocide les crimes commis par le régime jeune-turc envers la population arménienne de l’Empire ottoman et il s’est dès lors diffusé dans tous les milieux, y compris parmi les historiens.

_________________
@+
Skipp
Site: http://skipp.perso.sfr.fr
Forums: http://skipp.superforum.fr
Coucou Invité, passe une bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://skipp.perso.sfr.fr/
Skipp
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: 1915, Le génocide arménien commis par les Turcs...   Mer 20 Avr 2011 - 21:21

En 1895 déjà les turcs massacrèrent 200 000 arméniens...

Tout ceci est le Passé... mais ce qui est hallucinant c'est que les turcs et l'État Turc nie le terme de génocide arménien... ils nient l'Histoire. Et ils ne sont pas les seuls... Les japonais ne parlent pas des différents massacres qu'ils commirent lors de la 2e guerre mondiale (le massacre de Nankin fit entre 100 000 et 300 000 morts chinois)... Les chinois nient avoir exterminés 1,2 millions de tibétains après leur invasion du pays...

_________________
@+
Skipp
Site: http://skipp.perso.sfr.fr
Forums: http://skipp.superforum.fr
Coucou Invité, passe une bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://skipp.perso.sfr.fr/
Skipp
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: 1915, Le génocide arménien commis par les Turcs...   Lun 30 Juil 2012 - 22:27

Voici la carte des populations non turques de Turquie en 1910:
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/75/AsiaMinor1910.jpg

_________________
@+
Skipp
Site: http://skipp.perso.sfr.fr
Forums: http://skipp.superforum.fr
Coucou Invité, passe une bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://skipp.perso.sfr.fr/
Skipp
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: 1915, Le génocide arménien commis par les Turcs...   Lun 30 Juil 2012 - 22:33

A propos du Génocide Assyrien:
http://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9nocide_assyrien

Et des déportations des Micrasiates (ou Grecs d’Asie Mineure):
http://fr.wikipedia.org/wiki/Micrasiates

Le gouvernement turc reconnaîtra-t-il un jour ses crimes ? Cela me rappelle le gouvernement japonais qui fait tout pour cacher aux écoliers japonais la réalité des massacres de Nankin.

_________________
@+
Skipp
Site: http://skipp.perso.sfr.fr
Forums: http://skipp.superforum.fr
Coucou Invité, passe une bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://skipp.perso.sfr.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 1915, Le génocide arménien commis par les Turcs...   

Revenir en haut Aller en bas
 
1915, Le génocide arménien commis par les Turcs...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pain Arménien aux graines de sésame
» Taboulé à l'arménienne en images
» [Officiel] ARMÉNIE - Fort Boyard 2009
» café grec : puis-je moudre avec mon Santos 6A ?
» Comment écrire un prénom avec des lettres perforées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les passions du Skipp :: La Grande Histoire et la petite :: Histoire, Préhistoire, Civilisations, Mythologies et Étymologies-
Sauter vers: