Les passions du Skipp

Mes passions: Histoire et civilisations, Tritons et amphibiens, Cétoines, parapsychologie et zététique, etc...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'euro ne fait plus l'unanimité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Êtes vous pour l'€uo ?
Oui
75%
 75% [ 3 ]
Non
25%
 25% [ 1 ]
Ne se prononce pas
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 4
 

AuteurMessage
Skipp
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: L'euro ne fait plus l'unanimité   Lun 21 Aoû 2006 - 16:51

Bonjour, Razz

L'€uro est il un bien ou un mal ? Pourrions nous revenir au franc ?

http://management.journaldunet.com/dossiers/050791monnaies/euro.shtml

Citation :
L'euro ne fait plus l'unanimité
Ces dernières semaines, les critiques contre l'euro se sont multipliées, émanant de l'opinion publique ou de ministres de l'Euroland. Mais le procès de l'euro est-il justifié ? (06/07/2005)

La fin de l'euro serait-elle proche ? La monnaie commune européenne fait en tout cas l'objet de récentes critiques, émanant à la fois du public et de responsables politiques. A l'occasion de sondages(*) réalisés début juin, 61 % des Français et 56 % des Allemands ont déclaré regretter leur monnaie nationale. Ces déclarations viennent conforter une série d'autres événements. L'opérateur téléphonique Deutsche Telekom annonçait début juin qu'il réintroduisait l'usage, pour quelques mois, des marks dans les cabines téléphoniques à la parité 1 euro = 1 mark. L'opération visait officiellement à écouler les anciennes pièces encore détenues par les Allemands. D'autres n'ont pas hésité à se servir de l'euro comme bouc émissaire. Wolfgang Clement, le ministre de l'économie allemande, a déclaré début juin que, pour lui, l'euro était plus un handicap qu'un atout pour l'Allemagne. En Italie aussi, les attaques contre l'euro vont bon train. Des ministres de la Ligue du Nord, tel que Roberto Maroni, font part ouvertement de leur défiance envers l'euro et souhaitent organiser un référendum sur le retour à la lire.

Néanmoins un retour au franc, au mark, à la lire... est-il possible ? Pas si l'on en croit les déclarations des dirigeants de la BCE (Banque centrale européenne). Jean Claude-Trichet, son président, a jugé cette idée "absurde". De plus aucune clause n'est prévue dans le traité de Maastricht pour sortir de la zone euro. Mais pourquoi la monnaie unique, hier approuvée par la majorité des Français (ils étaient 61 % en février 2002 à ne pas regretter l'euro, selon un sondage Ifop), attire-t-elle maintenant les foudres non seulement des "nonistes" au projet de traité instituant une constitution pour l'Europe mais aussi, et c'est plus surprenant, des pro-constitution (44 % d'entre eux regrettent le franc) ?

"Aujourd'hui la situation n'est pas inflationniste" Gilles Jacoud, ISEAG (St Etienne)

L'un des faits principaux est l'illusion qu'ont les Français qu'après le passage à l'euro tout est devenu plus cher. Un sentiment perçu également en Allemagne où on y a inventé un terme pour désigner la monnaie unique : Teuro, contraction de "teuer" (cher) et de "euro". Or, selon Gilles Jacoud, professeur à l'ISEAG et auteur de plusieurs ouvrages sur l'euro dont Le système monétaire et financier européen - la monnaie dans la zone euro, en France, "il est possible que le passage à l'euro se soit traduit sur le moment par un coup de pouce aux étiquettes mais aujourd'hui la situation est loin d'être inflationniste." En effet l'indice général des prix est resté autour de la limite fixée par la BCE, soit 2 % d'augmentation annuelle.

Un autre facteur à cette remise en question de l'euro est la situation sociale et économique morose qui a coïncidé avec l'arrivée de la monnaie commune dans le porte-monnaie des Français et dont on en a tiré une causalité. Or, s'il est vrai qu'au Royaume-Uni, qui n'a pas accepté l'euro, la croissance est supérieure à celle de la France et que le taux de chômage tourne autour de 4 %, quand en France il est au-delà de 10 %, cela ne veut pas dire qu'il faille attribuer cette situation à l'euro. Au Danemark par exemple, pays membre de la zone euro, le chômage tourne autour de 6 % alors qu'il était encore il y a quelques années au-dessus des 10 %. C'est le "système social danois", montré en exemple dernièrement par Dominique de Villepin, qui a permis cette évolution. Conclusion : s'il est déraisonnable d'imputer tous les dysfonctionnements à l'euro, il ne faut pas non plus s'attendre à ce qu'il règle tous les problèmes sociaux économiques internes.

Néanmoins, ces disparités entre les pays de l'Euroland, du fait de la multiplicité des politiques qui y sont menées, posent le problème des chocs asymétriques. Doit-on mener une politique monétaire expansionniste ou de "refroidissement" quant certains pays comme la France, l'Allemagne ou l'Italie ont une croissance avoisinant zéro alors que d'autres, comme l'Irlande, sont à la limite de la "surchauffe" ?

Il faut noter que ce problème existe dans d'autres entités géopolitiques. Aux Etats-Unis, la conjoncture est loin d'être uniforme entre l'Etat de New York et l'Alaska. Mais il est vrai que la mobilité, aisée outre-Atlantique et qui facilite les ajustements entre Etats, est freinée en Europe par les traditions et les différences de langues. En Chine également il existe de fortes disparités entre le littoral en pleine expansion et l'arrière pays encore largement sous développé. Il n'en est pas moins vrai que ces entités ont intérêt à l'unité monétaire.

"Le problème est que, dans l'Union européenne, la politique monétaire et la politique budgétaire ne sont pas confiées aux mêmes entités. La première est gérée au niveau supranational tandis que la seconde est du ressort des Etats", explique Gilles Jacoud. Or, ces deux politiques sont les deux face d'une même pièce. Une harmonisation des politique budgétaires au niveau européen pourrait donc être jugée souhaitable. Il faut rappeler dans ce domaine l'existence du Pacte de stabilité, même si celui-ci est sacrifié face aux intérêts nationaux.

De même, certains s'inquiètent de l'entrée dans la zone euro de pays plus pauvres. Une crainte qu'écarte Gilles Jacoud : "Cela permettra à l'euro d'étendre son champ d'utilisation, ce qui ne peut-être qu'une bonne chose pour la monnaie unique. A partir de là, le fait que ce soit des pays plus pauvres ne peut pas nuire à l'euro."

"Si nous n'avions pas eu l'euro, le franc aurait été fortement attaqué après le non à la Constitution" Gérard-Marie Henry, Université de Reims

Mais si l'euro n'est pas porteur de tous les torts qu'on lui attribue, présente-t-il pour autant des avantages face aux anciennes monnaies nationales ? Premièrement, "l'euro est actuellement unité de compte et moyen de paiement non-seulement sur le plan national mais aussi sur le plan européen. C'est un avantage pour les pays de la zone", affirme Gilles Jacoud. De plus, "l'euro devient de plus en plus une réserve de valeur. C'est actuellement la deuxième réserve de valeur internationale tandis que la part du dollar tant à se réduire", note le professeur de l'ISEAG. C'est un élément important pour ne pas subir la politique monétaire américaine.

Pour Gérard-Marie Henry, professeur à l'université de Reims et auteur de Dollar : la monnaie internationale : Histoire, mécanismes et enjeux, "si nous n'avions pas l'euro, notre situation serait délicate compte-tenu des incertitudes politiques. Le franc serait en ce moment fortement attaqué". En effet, avant l'existence de la monnaie unique, la France devait se résoudre aux dévaluations pour préserver le cours de sa monnaie face à celui du deutsche mark, ce dont nous n'avons plus à nous inquiéter aujourd'hui.

* Sondage Ifop-Valeur Actuelles pour les Français et magazine Stern pour les Allemands.

_________________
@+
Skipp
Site: http://skipp.perso.sfr.fr
Forums: http://skipp.superforum.fr
Coucou Invité, passe une bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://skipp.perso.sfr.fr/
Sohtym
Accro
Accro
avatar


MessageSujet: Re: L'euro ne fait plus l'unanimité   Lun 21 Aoû 2006 - 21:01

Ce qui est fait et fait... Je fais parti de la nouvelle génération et il me serait incapable de revenir au franc. Même si les prix ont augmenté depuis l'euro, c'est tout de même une évolution bénéfique pour l'europe.

Les "nostalgiques" du franc, sont, je pense, ceux des anciennes générations. Mais le fait de revenir aux francs entrainerait une dépense inconsidéré de l'état, et qui ferait que les prix seraient encore plus élevé qu'avant l'euro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.trop-fort.net/?news=17140
Skipp
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: L'euro ne fait plus l'unanimité   Lun 21 Aoû 2006 - 21:48

Mythos Sohtym a écrit:
Ce qui est fait et fait... Je fais parti de la nouvelle génération et il me serait incapable de revenir au franc. Même si les prix ont augmenté depuis l'euro, c'est tout de même une évolution bénéfique pour l'europe.
C'est une force grandissante pour l'Europe en effet. Déja 20% des échanges commerciaux sur la planète se font en €uros... et ce n'est que le début.

En plus, l'on peut maintenant aller en Belgique, en Allemagne, en Espagne, en Italie, ect... avec la même monnaie. C'est plus pratique...

Mythos Sohtym a écrit:
Les "nostalgiques" du franc, sont, je pense, ceux des anciennes générations.
Et les nationalistes...

Mythos Sohtym a écrit:
Mais le fait de revenir aux francs entrainerait une dépense inconsidéré de l'état, et qui ferait que les prix seraient encore plus élevé qu'avant l'euro.
Les commerçants en profiteraient encore pour arrondir au chiffre supérieur... et refrapper des monnaies en Francs coûterait effectivement une fortune... surtout que les €uros ont l'avantage de contenir du nickel... Nickel que l'on a imposé car nous en avons de grosses quantités que nous n'arrivons pas à écouler (notre production de nickel vient de polynésie).

_________________
@+
Skipp
Site: http://skipp.perso.sfr.fr
Forums: http://skipp.superforum.fr
Coucou Invité, passe une bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://skipp.perso.sfr.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'euro ne fait plus l'unanimité   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'euro ne fait plus l'unanimité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Savage 25 brushless fait maison
» Pourquoi la viande fait elle de l'eau ??
» Freinage qui fait clac clac clac
» Quels Disney vous ont fait pleurer (tristesse/ emotion/ joie/ peur...) ?
» désolé ça fait un bout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les passions du Skipp :: L'Homme, son environnement et son monde intérieur :: Écologie, Économie, Bien être-
Sauter vers: