Les passions du Skipp

Mes passions: Histoire et civilisations, Tritons et amphibiens, Cétoines, parapsychologie et zététique, etc...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Un président «Noir» à l’Élysée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skipp
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Un président «Noir» à l’Élysée   Dim 9 Nov 2008 - 21:08

Bonjour, Smile

Barack OBAMA vient d'être élu Président des États Unis d'Amérique... premier président "noir"... Certaines mauvaises langues diront que ce n'est pas prêt d'arriver en France... et pourtant il s'en est fallut de peu pour que la France ai un président "noir" à la fin des années 60...

http://andre.herodote.net/
Citation :
Un président «Noir» à l’Élysée

Depuis l’élection de Barack Obama, la presse française rivalise de sondages sur le thème : «Voteriez-vous pour un candidat noir à l’Élysée ?» et chacun de disserter sur les blocages hexagonaux.

Notons d’abord que les sondages seraient plus pertinents avec une question du genre : «Si le meilleur candidat à l’Élysée de votre point de vue était noir, voteriez-vous malgré tout pour lui ?». Notons aussi que les Français, bien avant les Américains, ont été à deux doigts d’avoir un métis à l’Élysée sans que d’ailleurs l’éventualité fit frémir quiconque ! C’était en 1968 et le Sénat était alors présidé par Gaston Monnerville.

Ce petit-fils d’esclave né en Guyane le 2 janvier 1897, élève brillantissime à la faculté de droit de Toulouse, sous-secrétaire d’État aux colonies en 1937 et 1938, était devenu sénateur du Lot (Gauche démocratique) en1948. Élu à la présidence du Sénat le 4 octobre 1958, au tout début de la Ve République, il s’oppose avec vigueur au projet gaullien d’élire le président de la République au suffrage universel et lance à ce propos l’accusation très grave de «forfaiture» (non sans fondement juridique).

Pendant les événements de Mai 68, quand le président de Gaulle s’éclipse à Baden-Baden, il s’en faut de peu qu’il n’assure la présidence de la République par intérim comme le prévoit la Constitution. Il s’en prend ensuite au projet de De Gaulle d’un nouveau référendum qui viserait à réduire le rôle de la haute Assemblée et, pour marquer son opposition, démissionne de la présidence du Sénat le 5 octobre 1968 (il n’a encore «que» 71 ans). Il est remplacé par Alain Poher. Sept mois plus tard, le 28 avril 1969, c’est ce dernier qui devient président de la République par intérim, le président de Gaulle ayant démissionné après l’échec de son référendum. Alain Poher assumera une deuxième fois l’intérim après la mort du président Pompidou, le 2 avril 1974 (Gaston Monnerville avait démissionné de son siège de sénateur un mois plus tôt, le 5 mars 1974).

L’exemple de Gaston Monnerville, aujourd’hui inconcevable, illustre le recul de la «diversité» au sein de la classe politique française au cours du dernier demi-siècle en dépit d’une très importante immigration. Ce recul concerne aussi les femmes, moins nombreuses parmi les élus qu’au début de la IVe République. À cela une raison principale : le cumul des mandats, qui permet à quelques jeunes hommes bien nés de consolider d’une élection à l’autre leur assise politique et d’exclure tous les francs-tireurs de la compétition.

Petite info pour corriger une fausse idée:
Citation :
Washington attaquée ! En 2001? Non, en 1814
28 octobre 2008
«On peut débattre sans fin de la superpuissance des États-Unis. La crise que nous vivons, dit-on, signerait leur déclin. À moins que celui-ci n’ait commencé le 11 septembre 2001 lorsque le pays fut attaqué sur son sol pour la première fois de son Histoire…» lit-on dans l’éditorial du quotidien Les Échos. L’auteur reprend une antienne selon laquelle les États-Unis n’auraient jamais été envahis.

C’est oublier qu’ils l’ont été il y a bien longtemps, lors de leur «seconde guerre d’indépendance» contre l’Angleterre, en 1812-1814. Leur capitale fut même occupée par l’ennemi et celui-ci s’offrit le luxe de brûler la Maison Blanche et le Capitole…

Transmis par Michel Psellos

_________________
@+
Skipp
Site: http://skipp.perso.sfr.fr
Forums: http://skipp.superforum.fr
Coucou Invité, passe une bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://skipp.perso.sfr.fr/
corentinjm
Membre régulier
Membre régulier



MessageSujet: Re: Un président «Noir» à l’Élysée   Mer 8 Avr 2009 - 20:38

souvenez vous de Kofi Yamgnane maire de Saint-Coulitz dans le 29 http://www.afrik.com/breve15993.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://samagass.free.fr/FORUM/index.php?sid=3f68684a0523822061fc
Skipp
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Un président «Noir» à l’Élysée   Mer 8 Avr 2009 - 21:09

corentinjm a écrit:
souvenez vous de Kofi Yamgnane maire de Saint-Coulitz dans le 29 http://www.afrik.com/breve15993.html
Exact... Et comme précisé dans ton lien "fut secrétaire d’État chargé de l’Intégration dans le gouvernement Bérégovoy (1992)"... Razz

_________________
@+
Skipp
Site: http://skipp.perso.sfr.fr
Forums: http://skipp.superforum.fr
Coucou Invité, passe une bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://skipp.perso.sfr.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un président «Noir» à l’Élysée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un président «Noir» à l’Élysée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le président de la Guinée-Bissau tué par des militaires.
» Il y a 40 ans mourait le président Kasa-vubu
» Dépensier, notre président ??
» Kagame "président" de la RDC Wikileaks.
» Photo du " président Theodor Tissier"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les passions du Skipp :: La Grande Histoire et la petite :: Histoire, Préhistoire, Civilisations, Mythologies et Étymologies-
Sauter vers: