Les passions du Skipp

Mes passions: Histoire et civilisations, Tritons et amphibiens, Cétoines, parapsychologie et zététique, etc...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La Larvothérapie... ou comment se soigner grâce aux asticots

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skipp
Admin
Admin
avatar


MessageSujet: La Larvothérapie... ou comment se soigner grâce aux asticots   Mar 28 Mar 2006 - 22:54

Bonjour,

On entend parler quelques fois... Voici donc quelques infos sur cette technique fort ancienne qui revient au "goût"du jour:

Voici un article tiré du site de la Société Française et Francophone des plaies et cicatrisations:
http://www.sffpc.org/index.php?action=abstract&id=123&evenement=20&pg=connaiss_abstract

Citation :
Larvothérapie
A. DOMPMARTIN, P. TOUSSAINT

La larvothérapie est l'emploi de la procréation naturelle des mouches, les asticots, à des fins thérapeutiques. L'infestation d'un tel milieu par les vers est appelée myiase. Leur statut juridique récent est celui de médicament. Jusqu'au début du XXème siècle, de nombreux résultats favorables de myiases accidentelles ont été observés et ont conduit à la larvothérapie. L'apparition des antibiotiques après la seconde guerre mondiale a entraîné une diminution de son utilisation. L'augmentation de la résistance bactérienne et les propriétés cicatrisantes des larves ont suscité un nouvel intérêt pour ce traitement. Les asticots sont des larves avec un corps mou, sans tête et sans membre, complètement différents de la forme adulte de mouches. Leur alimentation se fait en libérant une solution protéolytique qui digère l'aliment à l'extérieur du corps. L'aliment digéré est alors réabsorbé dans le tube digestif. L'élevage de certaines espèces de mouches telles les Lucilia sericata permet d'obtenir des asticots utilisables dans le traitement des plaies. Le risque de gangrène gazeuse ou de tétanos a démontré la nécessité de stériliser les asticots sans les tuer. Dans un laboratoire une méthode de stérilisation professionnelle des oeufs est effectuée en les immergeant dans une solution contenant du chlorure de Mercure, de l'alcool et de l'acide chlorhydrique. Après éclosion, les asticots seront nourris par une source alimentaire stérile. Les asticots se nourrissent des tissus nécrosés de la plaie avec une action protéolytique, ils ont une action bactéricide et stimulent la cicatrisation en augmentant le PH local. Compte tenu de leur action, les plaies chroniques comme les ulcères artérioveineux ou veineux ainsi que les plaies diabétiques constituent l'indication principale de ce traitement. Le premier obstacle de l'utilisation d'asticots dans les pays latins est avant tout psychologique. Un nouveau pansement permettant l'utilisation des asticots a donc été mis au point. C'est le Biobag dérivé de PVA Polyvinyl Alcool. Les malades ne sentent pas les asticots et ne les ont jamais vus. En retirant le Biobag, les asticots sont détruits facilement par n'importe quel désinfectant versé sur le pansement, dans un sac plastique fermé ou dans un congélateur. Ces pansements permettent aux asticots d'exercer leur action au travers de la membrane polyvinyle alcool. L'efficacité clinique de la larvothérapie est spectaculaire sur le débridement et l'éradication des germes en particulier les BMR et les auteurs vous feront part de leur expérience clinique. Néanmoins, des études cliniques et scientifiques sur l'action des larves doivent être proposées pour démontrer cette efficacité et une étude double aveugle PHRC démarre au CHU de Caen.



Et un autre article:
http://www.essentialdrugs.org/emed/archive/200401/msg00037.php
Citation :
Bulletin d' INFORMATION du MEDICAMENT
et de PHARMACOVIGILANCE


CRIM Rennes - CRIM Rennes - CRIM
MARS - AVRIL 96 N° 64 CRIM Rennes - CRIM Rennes
ISSN N° 1169 - 8772
LES ASTICOTS DANS LA DETERSION DES PLAIES

L'intérêt des asticots dans la détersion des plaies est connu depuis
l'antiquité. Plus récemment Baer, dans les années 20, mena la première étude
clinique chez 89 patients souffrant d'ostéomyélite chronique (1). Il
rapporte un taux de succès de 90 %, alors qu'à cette époque, le taux de
mortalité des fractures ouvertes des membres inférieurs est de 75 %. Ce
succès a été rendu possible par l'utilisation d'une méthode de stérilisation
des asticots qu'il avait alors développée, afin d'éviter la croissance de
germes contaminants et particulièrement anaérobies.

Les espèces de mouches bleues les plus souvent utilisées pour l'obtention
des asticots sont Lucilia illustris, Lucilia sericata et Phormia regina. Le
"National Institute of Health" des U.S.A. décrit une méthode de culture et
de préparation des insectes (3). Les oeufs sont recueillis sur des morceaux
de viande de cheval, lavés trois fois à l'eau puis trois fois par une
solution de soude au 1/50. Une solution nutritive est obtenue en dissolvant
250 mg de cholestérol dans du chlorure de méthylène. Puis 52,5 g de caséine,
2,25 g de "celluflour", 1,5 g d'oléate de sodium, 1,5 g de RNA, 3 g de sels
de WESSON et 10 g de gélose sont rajoutés. La solution obtenue est évaporée
puis reconstituée avec 495 ml d'eau et 5 ml de soude normale. Celle-ci est
passée à l'autoclave pendant 15 minutes puis refroidie dans de la glace. Les
oeufs sont ensuite mis à incuber à 25° C dans une atmosphère chargée à 85 %
d'humidité pendant 4 à 5 jours.

200 à 600 asticots sont placés dans la plaie, puis recouverts par un
pansement. On considère que ceux-ci vont consommer 10 à 15 g de tissu
nécrotique par jour (3). Compte tenu de leur cycle de développement, toute
application est limitée à 72 heures.
Plusieurs mécanismes pourraient expliquer l'activité des asticots (2, 3, 4).
En raison de leur présence dans la plaie, ils entraînent une irritation
conduisant à une sécrétion d'exsudat. Cet exsudat diminuerait le nombre de
bactéries par un effet mécanique identique à celui observé lors du rinçage
d'une plaie. Le constant mouvement des asticots pourrait aussi promouvoir
directement la granulation. Les asticots sécrètent aussi de nombreuses
substances qui stimulent la cicatrisation (ammoniac, carbonate de calcium,
agents antibactériens) ou qui dégradent les tissus nécrotiques (enzymes
protéolytiques). Enfin, ils agiraient aussi par ingestion des bactéries et
des tissus nécrotiques.

Les principaux inconvénients à l'utilisation des asticots sont un prurit
local intense et surtout d'ordre esthétique. Le prurit peut être
partiellement contrôlé par des sédatifs. Il est bien plus difficile de faire
accepter aux patients et au personnel soignant la présence d'asticots,
d'autant plus que ceux-ci peuvent s'échapper de la plaie et ramper sur les
lits ou les sols des chambres !

Aujourd'hui, le développement de l'antibiothérapie a rendu obsolète l'emploi
des asticots dans la détersion des plaies. Néanmoins, ceux-ci peu-vent
s'avérer efficaces dans la prise en charge de plaies où les techniques
modernes sont inadaptées.
Patrick ZAMPARUTTI

REFERENCES
1 - BAER W. J Bone Joint Surg 1931 ; 13 : 438.
2 - HORN K. Arch Otolaryngol 1976 ; 102 : 377-9.
3 - Micromedex Inc 1995, vol 86.
4 - Reames M et coll. Ann Plast Surg 1988 ; 21 (4) : 388-91.

_________________
@+
Skipp
Site: http://skipp.perso.sfr.fr
Forums: http://skipp.superforum.fr
Coucou Invité, passe une bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://skipp.perso.sfr.fr/
 
La Larvothérapie... ou comment se soigner grâce aux asticots
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment bien digérer pendant les fêtes et soigner les excés
» Aromathérapie : Se soigner par les Huiles Essentielles
» comment soigner la gastro sans aller chez le docteur ?
» comment soigner très efficacement les piqûres de guêpes, méduses ....?
» Comment les mots peuvent-ils soigner les maux ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les passions du Skipp :: Le monde du vivant :: Insectes et autres invertébrés-
Sauter vers: